Avec l’accroissement considérable de notre démographie et l’augmentation des faits rapportés par nos concitoyens sur les réseaux sociaux concernant des actes criminels et délictuels, la question se pose. Mirabel comptait environ 14 000 habitants dans les années 70. En 2024, nous sommes aux alentours de 68 000 citoyens partageant notre vaste territoire de 486 km², plus grand encore que l’île de Montréal. La superficie de notre territoire est sans aucun doute notre plus grand défi en termes de couverture policière. En effet, compte tenu du nombre d’habitants et de la décentralisation de notre ville, la police peine à se rendre rapidement d’un secteur à un autre aux différentes heures de la journée.

Bien sûr, comme dans beaucoup d’autres villes du Québec, les enjeux de vitesse et de non-respect du code de la route sont fréquents à Mirabel. Mais au-delà de cela, nous constatons également de plus en plus de larcins, de vols de voitures et d’effractions. Nous avons soulevé la question lors du conseil municipal du 13 mai 2024 sur la sécurité en général en partageant deux exemples concrets. Il s’agit de vandalisme à répétition sur des pierres tombales dans le cimetière de Saint-Augustin, ainsi que d’une situation inusitée où une bande de 15 à 20 personnes a poursuivi une jeune adolescente jusqu’à chez elle. Ils auraient même eu l’audace de forcer la porte d’entrée et de contourner la maison pour tenter de s’y introduire par un autre accès. Nous pensons que cela dépasse un simple fait divers.

Notre questionnement sur la sécurité s’est accentué lorsque le maire, Patrick Charbonneau, semblait ne pas avoir entendu parler de cet événement récent, malgré le fait qu’il réside dans le secteur. Plus troublant encore, il semblait sceptique quant à l’idée que cela se soit produit. M. Charbonneau nous a rappelé les défis liés à l’espace à surveiller, à la décentralisation de la ville et au nombre de contribuables pour justifier les lacunes de notre service de police. Cependant, il est confiant que nous disposons de suffisamment de ressources en place. Selon le maire, la ville aurait massivement investi dans la sécurité en ajoutant quelques voitures banalisées et en augmentant le nombre de patrouilleurs de jour comme de nuit. De plus, nous avons investi dans les services d’un agent communautaire ainsi que de deux travailleuses sociales. Certains programmes qui semblent porter leurs fruits ont été reconduits pour une nouvelle année, notamment le programme Citoyens en Patrouille. En été, à la fin des classes, une vingtaine de stagiaires en technique policière patrouillent également la ville. J’aimerais citer la réponse du maire concernant le nombre d’unités :

« Ce n’est pas parce qu’on ne voit pas les voitures (de police) qu’il n’y a personne. Il y a vraiment du monde qui se déplace partout. »

Et vous ? Êtes-vous aussi confiant(e) que notre maire en ce qui concerne la sécurité à Mirabel ?

Suivez nos activités!

Pour être au courant des annonces et toutes dernières nouvelles du Mouvement citoyen Mirabel, abonnez-vous !

Merci, vous êtes désormais abonné à notre liste d'envoi !